drapir

La population iranienne n’a pas de chance. Aux élections présidentielles de 2013, puis à celles de 2017, elle s’était prononcée pour l’ouverture du pays. Dans le maigre choix que lui offrait le système théocratique conservateur en place, elle avait choisi le candidat le plus décidé à réintégrer la Perse dans l’arène internationale. Dans son premier mandat, le président Hassan Rohani avait obtenu une levée des sanctions internationales, en échange d’un encadrement étroit de son programme nucléaire par l’AIEA (Agence international pour l’énergie atomique de Vienne) et d’une renonciation à la bombe atomique (que le régime islamique prétend n’avoir jamais voulue). Washington et Téhéran n’avaient pas repris leurs relations diplomatiques (rompues en 1980 pendant la Révolution islamique), mais le Secrétaire d’Etat Kerry et le ministre des affaires étrangères Zarif avaient établi entre eux des liens de grande confiance.
Rohani souhaitait consacrer son second mandat à la désétatisation de l’économie et à la lutte contre la corruption – qui ronge l’élite au pouvoir, à commencer par le corps des Pasdarans (Gardiens de la Révolution), et certaines des grandes fondations religieuses chiites. Mais, patatras, tout ce beau programme s’est effondré après la décision de Trump de se retirer de l’accord nucléaire du 14 juillet 2015 (pourtant sanctuarisé par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’Onu), de rétablir toutes les sanctions, de menacer de représailles toutes les entreprises qui continueraient à commercer avec l’Iran (hormis les secteurs agro-alimentaire et pharmaceutique). Depuis novembre 2018, la République islamique d’Iran vit à nouveau sous un régime de sanctions. Sa monnaie a perdu les deux tiers de sa valeur en un an. Ses exportations de pétrole sont déjà passées de 2,5 millions de barils/jour à moins d’un million et demi. Confrontées aux menaces américaines, les sociétés françaises Total, Peugeot et Renault se sont retirées d’Iran. Les perspectives ne sont pas gaies pour ce pays de 80 millions d’habitants, dont les deux tiers n’étaient pas nés lorsque le Shah fut renversé en faveur de l’ayatollah Khomeiny.
Lors de la dernière Assemblée générale de l’Onu, Rohani s’est montré un ardent défenseur du multilatéralisme. Mais le soutien iranien à la légalité internationale arrive trop tard. Téhéran se retrouve face à une Amérique intraitable, inspirée autant par les Saoudiens que par les Israéliens. Pour les Iraniens, il a déjà été très douloureux de renoncer à l’arme nucléaire, que détiennent quatre puissances dans leur voisinage immédiat : la Russie, Israël, le Pakistan et les Etats-Unis (dont la Cinquième Flotte est basée au Bahreïn). Mais le président Trump réclame davantage du régime des mollahs : il veut que Téhéran renonce à perfectionner ses armes balistiques et à exercer une influence militaire régionale (présence armée en Syrie, fournitures d’armements au Hamas, au Hezbollah libanais et aux houthistes yéménites). L’Amérique se plaint plus discrètement de la présence militaire iranienne en Irak, car Washington et Téhéran y poursuivent un objectif commun : l’élimination de l’Etat islamique.
Le problème des mollahs est qu’ils ne parviennent pas choisir entre deux stratégies très différentes : retrouver une position commerciale prééminente au Moyen-Orient et en Asie centrale ou conserver, par la force des armes et des milices, une politique hégémonique sur les territoires qui les séparent de la Méditerranée.
Lassée de l’anémie économique, la jeunesse iranienne a déjà fait son choix. Au début de janvier 2018, dans des manifestations anti-régime qui se sont propagées dans la plupart des villes du pays, elle défilait en hurlant : « Pas Gaza ! Pas la Syrie ! Occupez-vous de l’Iran ! ». Les étudiants que vous rencontrez dans la rue à Téhéran vous confient tous qu’ils n’ont rien contre Israël et qu’ils ne partagent pas l’obsession antisioniste du régime. Connectés au monde extérieur grâce à Internet, ils adorent la culture occidentale.
Lorsque les manifestants de l’hiver dernier ont commencé à crier dans la rue « Mort au dictateur ! », visant l’Ayatollah Khamenei, le Guide suprême de la Révolution (dont le pouvoir, dans le système iranien, est bien supérieur à celui du Président), le régime a vraiment pris peur. La répression fut sévère (25 morts), et on ferma le réseau Telegram, utilisé par les manifestants. Depuis Rohani l’a rouvert, passant outre l’autorité judiciaire, plus conservatrice que lui.
Il y a une schizophrénie iranienne : le régime est islamique, sa jeunesse ne l’est plus. Les mosquées sont quasi-vides à la grande prière du vendredi. L’Iran est devenu le moins pratiquant des pays musulmans. Plus personne ne croit à la pertinence du principe khomeyniste du Velayat-e-faqih (le gouvernement du savant en religion). S’il ne s’adapte pas rapidement à ce que réclame sa société civile, le régime des mollahs risque de connaître bientôt le sort de feu le communisme soviétique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s