En outre, Renaud Girard invite à hiérarchiser les menaces et a pour cela forgé le concept d’« ennemi principal ». Il faut qu’un pays classe ses différents opposants pour distinguer les simples adversaires de l’« ennemi principal ». Le but est donc de clairement identifier l’ennemi principal et de concentrer son action contre lui, quitte à ne plus agir contre ses autres adversaires, voir à s’allier provisoirement avec eux pour combattre l’ennemi principal. Par exemple, en Syrie l’« ennemi » principal est le djihadisme sunnite de l’EI et d’Al-Qaeda (puisque ces groupes attaquent la France et y commettent des attentats), il faut donc être prêt à s’allier avec des groupes islamistes chiites (comme le Hezbollah) ou des nationalistes arabes pour contrer cette menace principale. De même, Staline était certes un dictateur responsable de millions de morts, mais il était tout à fait pertinent de s’allier avec lui pour écraser Hitler, car c’est Hitler qui envahissait notre territoire, et non Staline.

 

Publicités