Au sommet du G-20 d’Hangzhou (4-5 septembre 2016), il était frappant de voir à quel point la voix de la France ne portait plus. C’était d’autant plus vexant que ce sont des présidents français qui ont inventé ce type de sommet (Giscard pour le G-7 en 1975 ; Sarkozy pour le G-20 en 2008). On peut comprendre que plus personne dans le monde n’écoute, sur l’économie, les leaders politiques français, tant ils ont échoué, depuis trente-cinq ans, dans la gestion des comptes publics de leur pays. Mais on pouvait espérer que la voix de Paris se fasse davantage entendre sur les sujets diplomatiques classiques. Il n’en est hélas rien, comme l’a montré l’absence de la France dans le règlement du dossier de la Syrie, dont elle fut pourtant jadis la puissance mandataire.

Pour qu’elle soit audible, une politique étrangère française doit être énergique, réaliste, efficace ; elle doit viser la défense de nos intérêts à moyen et long terme ; elle doit regarder le monde sous l’angle des réalités et des rapports de force et non sous celui de la leçon de morale. Elle doit reposer sur cinq grands axes.

Premier axe : reconnaissons que le djihadisme sunnite – qui tue, chez nous, nos enfants – est notre ennemi principal et faisons tout pour le vaincre. Fusionnons la coalition occidentale contre Daech avec celle menée par la Russie ; renforçons nos liens avec les services de sécurité des pays musulmans ; asphyxions financièrement les groupes terroristes ; acceptons pragmatiquement de travailler avec tous ceux qui combattent notre ennemi commun, qu’il s’agisse des Frères Musulmans libyens, des Kurdes cryptocommunistes de Syrie, de l’Iran des mollahs ou du régime autoritaire de Bachar el-Assad.

Deuxième axe : agissons comme médiateur pour réconcilier l’Iran chiite et l’Arabie Saoudite sunnite. La division du monde musulman ne sert pas nos intérêts, car la guerre engendre la guerre et donc la possibilité de dégâts collatéraux en Europe. La France jouit d’excellentes relations avec les pétromonarchies sunnites du Golfe et est respectée par l’Iran. Elle doit utiliser sa position privilégiée pour favoriser une détente historique dans le Golfe.

Troisième axe : ramenons la Russie dans la famille européenne. Culturellement et historiquement, la Russie est un pays européen. Face à la Chine, les Russes doivent être avec nous, pas contre nous. Economiquement, les sanctions contre la Russie pénalisent nos producteurs sans faire fléchir Moscou. Diplomatiquement, la Russie est un acteur incontournable dans la gestion des affaires du monde. Levons donc les sanctions contre la Russie et proposons un deal à Poutine: garantissons-lui que l’Ukraine ne rejoindra jamais l’OTAN, que le russe restera seconde langue officielle dans les régions à l’est du Dniepr ; remettons le statut définitif de la Crimée à un accord russo-ukrainien dans le futur ; et, en échange, exigeons de lui qu’il cesse de soutenir les séparatistes pro-russes du Donbass et qu’il respecte la souveraineté et l’intégrité de l’Ukraine.

Quatrième axe : après le Brexit, assumons un leadership européen franco-allemand capable de défendre les intérêts des citoyens de l’UE. Brisons la dictature juridico-financière de l’Amérique. Quand elle inflige une amende de 9 milliards de dollars à la BNP pour avoir commercé avec des pays frappés d’un embargo décrété par elle seule, Bruxelles devrait riposter en infligeant une amende trois fois supérieure à Goldman Sachs, pour avoir maquillé les comptes publics d’un Etat membre de l’UE. Montrons aux Etats-Unis que nous sommes leurs alliés, pas leurs vassaux.

Renonçons à la tentation puérile de punir nos amis anglais. Conservons avec eux nos liens privilégiés dans la défense. Imposons l’harmonisation fiscale sur tout le territoire de l’UE, et exigeons des Anglais qu’ils renoncent à tout dumping fiscal. Protégeons nos intérêts industriels face au dumping commercial chinois, en mettant en place un protectionnisme européen. L’UE ne peut pas être la seule zone du monde à ouvrir benoîtement ses marchés aux quatre vents.

Cinquième axe : retrouvons une grande politique africaine. Le Continent noir est soumis à une pression démographique sans précédent. Pour mettre un terme à la tragédie des migrations sauvages, édifions des partenariats de développement avec les Etats africains. A eux la responsabilité de contrôler leurs frontières et d’instaurer un planning familial; en échange, la France devra financer leurs projets créateurs d’emplois dans l’agriculture et la transformation des richesses de leur sous-sol ; elle devra les aider à lutter contre la déforestation et la pollution marine, dans la ligne de la COP 21, conférence qu’elle présida avec succès.

Mais une telle politique étrangère ne pourra réussir que si notre pays est exemplaire sur le plan intérieur. Il est en effet très difficile de prétendre peser sur l’ordre du monde, si l’on n’est pas d’abord capable de mettre ses propres affaires en ordre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s