En 1992, un an après la chute de l’URSS, Francis Fukuyama affirmait dans son célèbre livre « La Fin de l’Histoire et le dernier homme » que, débarrassée du communisme, la démocratie libérale restait le seul modèle politique et idéologique ayant un avenir dans le monde.

Le philosophe américain s’est trompé sur trois points. Premièrement, les conflits ethniques dans les Balkans et en Afrique nous ont appris que de grands chocs géopolitiques pouvaient avoir lieu et de terribles massacres être commis sans que deux idéologies opposées soient en lice. L’identité, l’appartenance ethnique, la différence religieuse restent de puissants vecteurs de tension. Deuxièmement, l’idéologie islamiste n’a cessé de se développer et mène une lutte à mort contre le modèle démocratique. Troisièmement, de grands pays non-occidentaux, parfois dits « émergents », sont en train de forger une forme politique nouvelle, concurrente de la démocratie.

En Chine, en Iran, en Turquie, aux Philippines, en Indonésie, dans la Caraïbe et en Amérique du Sud, en Egypte, en Afrique et même en Europe de l’Est (Hongrie, Pologne, Russie), des leaders charismatiques proposent un modèle alternatif à la démocratie libérale. Ce modèle repose sur un mélange de nationalisme, d’autoritarisme revendiqué, de populisme, de souverainisme, de capitalisme « patriotique », de protectionnisme et d’interventions ponctuelles de l’Etat. Il ne s’agit plus de dictatures classiques, de régimes totalitaires qui chercheraient à surveiller en permanence leurs citoyens. Dans la nouvelle perspective de ces pays, l’autorité, l’ordre, la force, la sécurité, l’aisance matérielle, la fierté et l’indépendance nationale sont premières ; la liberté, la démocratie, l’Etat de droit, les droits de l’Homme sont seconds, voire négligeables.

Géopolitiquement, tous ces pays n’ont aucune raison de s’allier. Mais l’attitude moralisatrice des démocraties occidentales, qui mettent au ban de l’humanité tous les régimes qui s’éloignent de leurs propres standards, pousse mécaniquement ces pays mal-aimés de l’Occident à se rapprocher les uns des autres.
La réconciliation de Poutine et d’Erdogan, concrétisée par la levée des sanctions russes et la visite d’Erdogan en Russie le 9 août 2016, en est un exemple, balayant le fait que la Russie et la Turquie sont des rivaux historiques depuis le XVIIIème siècle. Les impératifs économiques ont bien sûr beaucoup compté (tourisme, vente d’armes, gazoduc commun Turkish Stream, etc.). Mais aussi, politiquement, les deux chefs d’Etat ont en commun d’être la cible des critiques occidentales. Membre de l’OTAN, longtemps soutenu par l’UE et les Etats-Unis, la Turquie d’Erdogan voit avec déplaisir les blâmes occidentaux sur ses purges militaires et administratives ; elle entend donc se rapprocher de Poutine. Et ces deux parias savent qu’en cas de victoire de la néo-conservatrice Hillary Clinton, la pression s’accentuera sur eux et qu’il sera de leur intérêt de constituer un front commun.

La proximité entre la Chine et la Russie procède de la même logique. Normalement, du fait de problèmes de frontières et des ambitions chinoises sur la Sibérie orientale, la Chine et la Russie devraient être ennemies, comme elles l’ont été de 1959 à 1991. Pourtant, ces deux pays sont alliés. Avec la Russie, la Chine trouve un fournisseur fiable d’armes et d’énergie, un pays qui coopère avec elle sans lui faire la leçon sur le Tibet ou la Mer de Chine méridionale. Avec la Chine, la Russie trouve un fournisseur de biens manufacturés et un partenaire diplomatique qui ne prendra jamais de sanctions contre lui sur des sujets comme l’Ukraine.
Première puissance manufacturière du monde, la Chine est devenue le héraut de ces pays autoritaires. Son maître, Xi Jinping, a fait diffuser, en 2013, au sein du Parti Communiste Chinois, la « Directive n°9 ». Elle établit la liste des dangers qui menacent la Chine et la suprématie sur elle du PCC. Parmi ces dangers, on trouve l’universalisme des valeurs, les droits de l’Homme, ou encore « la conception occidentale du journalisme ». La Chine entend mettre en avant son propre exemple pour montrer que le développement économique ne nécessite pas un régime démocratique.
Et c’est bien cette Chine-là que le nouveau Président des Philippines semble vouloir imiter. Les Philippines connaissent le taux de croissance le plus élevé d’Asie, mais 70% de la nouvelle richesse créée est accaparée par une oligarchie de 40 grandes familles. Fatigués par une démocratie qui est en fait une oligarchie déguisée, les électeurs philippins ont opté pour Rodrigo Duterte, un candidat populiste qui n’appartenait à aucune des grandes familles de l’archipel. Dans les pays émergents, la croissance économique rapide, lorsqu’elle n’est pas accompagnée d’une réduction des inégalités et de la mise en place d’un Etat de droit, engendre une profonde frustration dans la population et nourrit la demande d’une politique autoritaire.

Ces régimes nous défient, en nous mettant face à nos faiblesses, à notre laxisme, à nos abandons de souveraineté répétés. Cependant, à terme, la plupart de ces régimes autoritaires échoueront, du fait de leur incapacité à construire un Etat de droit solide, condition sine qua non du développement économique et de la stabilité politique auxquels ils aspirent.

Quelle stratégie adopter à leur égard? Je prône une politique d’exemplarité non moralisante. S’il paraît incapable de protéger ses citoyens, notre modèle démocratique ne sera jamais désiré par les populations non-occidentales et pourra même être rejeté par notre propre population. Il nous faut donc renforcer l’autorité de nos gouvernements, sans remettre en cause les libertés civiles. Souvenons-nous de Charles de Gaulle qui, en 1958, sut restaurer la verticale du pouvoir et renforcer l’autorité de l’Etat tout en respectant le cadre de la démocratie libérale et de l’Etat de droit. En politique étrangère, nous devrions adopter une diplomatie réaliste et pragmatique face aux pays autoritaires, fondée sur la défense de nos intérêts et non sur la morale. Ainsi, le front commun des régimes autoritaires, qui est purement de circonstances et se construit en réaction aux blâmes, sermons et sanctions de l’Occident, se disloquerait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s